Auditions générales

La petite création

AUDITIONS GÉNÉRALES

Les auditions générales du Théâtre Tremplin sont devenues un rendez-vous incontournable pour les amateurs du milieu culturel franco-ottavien. Elles donnent l'occasion à des talents émergents ainsi qu'à à des comédien(ne)s communautaires de tout âge de se faire connaître dans un environnement accueillant et structurant.


OUVERT À TOUS /


AUCUNE PRÉPARATION REQUISE


Le Théâtre Tremplin est la seule troupe communautaire à se consacrer exclusivement, depuis vingt ans, à la présentation d’œuvres d’auteur(e)s et de créatrices et de créateurs franco-ontariens. Cette année, la troupe fera renaître, des archives du répertoire théâtral franco-ontarien, un collage éclectique mettant en scène pas moins de trente-six personnages.


OCTOBRE 2018


PLUS D'INFORMATIONS À SUIVRE

La petite création

Un mot du créateur

J'ai en tête un projet.... un projet ambitieux, mais c'est, pour moi, la façon la plus efficace pour présenter un constat qui me trotte dans la tête, et dans le coeur, depuis trop longtemps.  Le tout a commencé par une réflexion profonde suite à une manifestation, au Canada français, d'une xénophobie envers tout ce qui pourrait être "une menace à la culture et à la société canadienne".  Cette xénophobie s'est montrée très évidente lors de l'acte terroriste dans une mosquée au Québec et, de nouveau, lors des rassemblements de l’extrême droite pour contrer la disparition des valeurs dites "canadiennes" (qui ne semblent pas inclure l'immigration, un principe fondamentale, selon moi, à ce qui définit le Canada.)


J'ai voulu créer un événement théâtral rassemblant, sur scène et dans la salle, plusieurs communautés de la nouvelle réalité de la francophonie au Canada; francophonie qui n'est plus limitée au Québec des années 60 ou même à l'Ontario français de Dalpé.  De là m'est venu l'idée de monter un pièce avec un choeur de femmes arabo-canadiennes de langue française.  Comme la pièce que j’ai en tête n’existe pas, je me trouve à devoir la créer. 


Jusqu'où me mènera ma quête?  Serais-je, un jour, en mesure de faire vivre ses personnages sur scène, alors que dans la salle, la COMMUNAUTÉ francophone d'Ottawa se rassemble pour prendre part à cette communion?  Je le souhaite profondément, et je suis ravi que Le Tremplin se démontre partant à embarquer dans l'aventure et m'offrir ce soutien et cet appui si précieux.

AL ZAOUJETTES JALOUSES

Texte et mise en lecture de l'artiste franco-ontarien 

Éric Beevis


Mettant en vedette la communauté franco-arabe de la Basse-ville d'Ottawa


Automne 2018

La grande production

Pour la première fois sur une scène chez nous...

Le Tremplin a décidé de faire naître pour la première fois sur une scène franco-ontarienne un collage de quatre textes radiophoniques des archives du répertoire littéraire franco-ontarien. Ainsi, pour la saison 2018-2019, le Tremplin s’empare du projet La Discrétion, la neige et le trajet de l’auteur Naïm Kattan, la première de cette série est d’abord diffusée le 28 août 1970, dans une réalisation de Fernand Ouellette. L’un de ces textes est publié dans les Écrits du Canada français, numéro 35, puis chez Leméac dans une série de sept textes théâtrales en 1974. Cette production réunira sur scène quatre pièces dramatiques de Naïm Kattan, écrivain canadien d’origine irakienne. Installé à Ottawa en 1967, l’auteur écrit ces pièces tout d’abord dans un contexte bien particulier : celui du théâtre radiophonique diffusé par Radio-Canada dans les années 1970, notamment dans l’émission « Premières ». Elles sont lues par les acteurs québécois les plus connus de l’époque.


Résumé du projet

La Discrétion, la neige et le trajet

C’est un théâtre plutôt intime qui se déploie. La discrétion et La neige racontent des dialogues amoureux entre hommes et femmes, révélant un jeu théâtral que l’on suppose, sa dimension codée, les fantaisies et les bizarreries qu’induit le fantasme, la façon dont il permet à chacun de réaliser, au sens littéral du terme, c’est-à-dire de chercher une consistance. C’est un thème majeur de l’oeuvre de Naïm Kattan, qu'il découvre en Occident que l’on pouvait vivre une relation amoureuse de façon libérée. Dans ce théâtre, la relation est abordée sous un autre angle : celui de l’héritage que laisse l’être aimé. La relation amoureuse est envisagée comme un espace « théâtral ». La place de l’enfant, la question de filiation, intervient alors. Le dialogue entre un homme et une femme - de la même génération ou de générations différentes - se présente également sous l’angle d’une rencontre fortuite lors d’un déplacement géographique, cet entre-deux lieux qui libère les imaginaire et la parole : Le trajet (en train). Le dernier texte du quatuor, Les protagonistes, raconte plus précisément l’histoire d’une communauté d’acteurs qui se voit menacée par les attentants et les déclarations d’un groupe armé, le MAT, ou « Mouvement anti-théâtral ». Courage, dérobades croisent le dialogue amoureux qui se renoue ici sous l’impulsion du danger. L’humanité de chacun est mise à l’épreuve par le drame exceptionnel que vivent les personnages.

Plus de détails...

Dans une mise en scène de Martin Cadieux, le projet La Discrétion, la neige et le trajet joue sur l’échange des discours, et la présence de la voix, à peine mêlée des bruits de la ville et du quotidien. Ces jeux de paroles font entendre le miroitement de personnages en quête de substance à travers le dialogue avec l’autre. L’auteur est aujourd’hui surtout connu pour ses essais et ses romans : plus d’une quarantaine, traduits en plusieurs langues. Chacun de ces deux genres se justifie par la particularité du parcours de son auteur. Le théâtre écrit par Naïm Kattan est en revanche resté longtemps en retrait. Il émane pourtant du même un intérêt pour la fiction, selon une démarche que l’auteur a exposée dans son premier essai, et son premier livre, publié en 1970, Le Réel et le Théâtral. La diffusion de ce théâtre reste encore largement à faire. 

Martin Cadieux

Le retour d'un "grand" //

Originaire d’Alexandria dans l’Est ontarien, Martin Cadieux détient un baccalauréat en Théâtre et en Histoire de l’Université d’Ottawa. Avant de devenir agent de vente et de développement au Théâtre la Catapulte, Martin a travaillé pendant de nombreuses années comme agent de communication (entre autres), à la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO). Il s’intéresse à une panoplie de domaine. Il a entre autres signé la mise en scène d’Embrassons-nous, Folleville ! en 2007 présenté au Festival Fringe d’Ottawa, a créé et continu d’entretenir le site web de l’artiste peintre Benjamin Rodger et a coordonné la discipline Média aux 5e Jeux de la francophonie canadienne à Sudbury en 2011. Il recevra certainement un prix quelconque dans la prochaine décennie duquel il pourra parler avec fierté dans sa prochaine biographie.